Chevrolet Miray

Print Print   |  Send Email  |  Word   Share Add This  

Chevrolet Miray, un prototype de roadster signé GM Corée

  • Il fête l’arrivée de Chevrolet sur un nouveau marché en rendant hommage au passé de design de la marque 

GM Corée a présenté le concept Chevrolet Miray au Salon automobile de Séoul 2011. Miray signifie futur en coréen. Le Miray a été développé au Studio de Design avancé de GM à Séoul. Conjuguant une motorisation à technologie hybride ultramoderne et un dessin d’avant-garde, il reprend à l’occasion du centenaire de Chevrolet en 2011 les codes classiques du design Chevrolet, qu’il intègre à une ligne imaginative.

Le Miray rend hommage aux grandes sportives signées Chevrolet. Il est petit et découvert comme la Monza SS 1963, léger et fonctionnel comme la Corvair 1962 Super Spyder. Son fuselage expressif et aérodynamique rappelle les avions de chasse.

Réalisée en fibre de carbone et en CFRP (plastique renforcé de fibres de carbone), la carrosserie possède des flancs fortement structurés. Ils sont coupés par un pli marqué apportant du caractère, et qui se trouve éclairé par en dessous. Cette particularité fait que la voiture génère un trait lumineux quand elle roule, apportant lumière et chaleur à cette sculpture en mouvement. Les portes en élytre, type Le Mans, s’ouvrent vers le haut en se dégageant, rendant l’accès à la voiture très spectaculaire.

L’avant puissant apporte une nouvelle interprétation à la face avant Chevrolet. La calandre à double étage du Miray est flanquée par des projecteurs à LED équipés de feux diurnes portant la nouvelle signature lumineuse de la marque. Les ailes avant et arrière évoquent les Chevrolet Corvette du passé et expriment l’esprit sportif du concept. Dans les angles, les spoilers en fibre de carbone permettent de contrôler les forces de déportance et les flux d’air.

Les élégants ailerons escamotables prennent aussi part à la gestion des flux d’air tout en permettant d’accéder à la prise de recharge d’un côté et au remplissage d’essence de l’autre. La prise de recharge comporte également un indicateur de charge externe de la batterie. Chaque aile arrière renferme un espace de rangement permettant d’y loger de petits objets. Sous la surface de la casquette, les feux arrière donnent une nouvelle interprétation des classiques doubles optiques de Chevrolet.

Le Miray repose sur des roues en composite aluminium/fibres de carbone, de 20 pouces à l’avant et de 21 pouces à l’arrière. Le motif de la turbine, très puissant, évoque le mouvement, même lorsque le Miray est à l’arrêt.

Intérieur sportif

L’intérieur du Miray évoque la compétition. Comme l’extérieur, il puise son inspiration dans le monde des avions de chasse. Le Miray associe des surfaces mélangeant aluminium brossé, cuir naturel, tissu blanc et métal liquide, qui créent un esprit de vitesse sculpturale.

L’espace habitable est entouré d’une coque en fibre de carbone, ce qui lui apporte tout à la fois légèreté et solidité. Son cockpit en double alcôve, au dessin fluide mais nerveux, vient accueillir conducteur et passager. Les instruments de bord sont tournés vers le conducteur, tirant leur inspiration des mythiques sportives de Chevrolet. Cependant, le passager est également impliqué dans la conduite.

Les sièges asymétriques suivent la portière, composant un habitacle symétrique qui donne au conducteur la sensation d’être totalement connecté à sa voiture. L’éclairage d’ambiance, qui nait en haut de la planche de bord et se poursuit jusque dans la zone des dossiers de sièges, apporte une touche de luxe. Les assises des sièges et les appuie-tête sont réunis par une coque allégée en fibre de carbone et montés sur une originale traverse en aluminium. L’appuie-tête reprend le profil de la forme extérieure, et intègre également une bouche d’air chaud pour la conduite en plein air.

Les designers ont adopté une démarche originale pour afficher les informations, en utilisant une rétroprojection sur le tableau de bord. Les informations sont affichées devant le conducteur sur trois zones, selon leurs priorités. Au premier plan figurent les performances de la voiture. Sur la gauche, on trouve l’autonomie restante, et sur la droite, la navigation et le kilométrage. Ce système élimine tout affichage inutile, permettant au conducteur de se concentrer sur l’art de la conduite.

L’écran tactile central se fond dans un support en aluminium, qui évoque le nez d’un avion de chasse avec le train sorti. La surface extérieure se referme sur l’intérieur avant de rejoindre la console renforcée, venant réunir l’avant et arrière du véhicule.

Implanté au centre, le bouton de démarrage évoque aussi le monde le l’aviation. Quand on appuie sur le bouton, le combiné d’instruments escamotable monté sur colonne se lève comme une verrière de chasseur à réaction et « Interactive Projection » apparaît sur l’écran blanc.

Des caméras de rétrovision escamotables, remplaçant les habituels rétroviseurs extérieurs, sortent des vitres latérales électriquement. En ville, la caméra frontale fonctionne conjointement avec le GPS pour recouper les informations de navigation avec la vidéo en temps réel.

Le Miray dispose d’un système de propulsion prototype, situé principalement derrière et sous le conducteur, qui optimise la sobriété et les performances. Le Miray est animé par deux moteurs électriques de 15 kW montés à l’avant, qui offrent de bonnes accélérations et des émissions zéro pour la conduite en ville. Les moteurs sont alimentés par une batterie lithium-ion 1,6 kWh qui se charge par l’énergie du freinage rétroactif. Le Miray offre la possibilité de pouvoir passer de la traction à la propulsion.

Si l’on recherche les performances, le moteur quatre cylindres turbo 1,5 litre du Miray fonctionne en tandem avec les moteurs électriques, qui modulent leur puissance aux roues avant gauche et droite en fonction des besoins. Le moteur thermique high-tech, monté derrière l’habitacle, entraine les roues arrière et reçoit l’appoint du système d’électrification, en apportant cette innovation sur le segment du roadster compact.

La boîte de vitesses à double embrayage (DCT) permet de réduire la taille du groupe motopropulseur en éliminant le convertisseur de couple. Les passages de vitesses sont francs et rapides. Les lois de passage de vitesses ont été adaptées pour pouvoir bénéficier d’une vitesse plus élevée en mode performances. Un système Start/Stop est associé à la boîte DCT.